Samedi 02 juin 2018, 14h30 – La Chartreuse, Neuville-sous-Montreuil

CONCERT 8 – BALLADE MUSICALE A LA CHARTREUSE

« Ballade d’Orphée »
Opéra – promenade

  • Christoph Willibald Gluck Orphée et Eurydice
  • Camille Slosse, soprano
  • Anne Maugard, mezzo-soprano
  • Sarah Ledoux, violoncelle
  • Vérène Westphal, violoncelle & transcription
  • Avec le concours de l’Ensemble Choral Diapason / Karim Affreingue, chef de choeur

Le mythe d’Orphée, issu des Métamorphoses d’Ovide, illustre avant tout le pouvoir du chant et de la poésie. L’épouse d’Orphée, la nymphe Eurydice, meurt, mordue par un serpent. Orphée apprend par le personnage de l’Amour que Jupiter l’a pris en pitié et l’autorise à descendre aux enfers pour ramener Eurydice à la vie à condition qu’il ne la regarde pas sur le chemin du retour. Eurydice disparaît une seconde fois par manque de foi en la pureté de l’être aimé. Orphée choisit de l’accompagner dans la mort.
La ballade d’Orphée est un poème chanté, lancé dans la brise vespérale et dont le son se répercute sur le minéral et accompagne le bruissement du végétal, éléments de décor de cette fable mythologique. Orphée ne se balade pas. Il s’avance sans peur tel un guerrier intrépide, un troubadour héroïque défiant le surnaturel.
Le public lui, est invité à se mouvoir dans les pas du poète entre les mondes des vivants et des morts, des Dieux et des mortels. La musique et le chant d’Orphée ont ce pouvoir merveilleux de transcender les interdits : descendre au royaume des morts, ramener Eurydice à la vie. Orphée se heurte à son rêve d’immortalité, rappelé à la réalité par les vicissitudes de l’amour, qui a besoin de la preuve par le regard pour valoir la peine d’être vécu. Le doute renvoie Eurydice au repos éternel qu’elle goûte aux Champs-Elysées.