Samedi 6 novembre 2021, 20h30 – Théâtre, Montreuil-sur-Mer

CONCERTS 14 – DIPTYQUE LYRIQUE

« Deux soldats »

Diptyque lyrique

  • Igor Stravinski L’Histoire du Soldat / La Marseillaise
  • Henri Tomasi* Le Silence de la Mer, version pour voix et trio de Takénori Némoto*

*avec l’aimable autorisation de la famille Tomasi

  • Takénori Némoto, direction musicale & piano
  • Victoria Duhamel, mise en scène
  • Pierre Lebon, costumes & scénographie
  • Bertrand Killy, lumières & régie générale
  • Pablo Schatzman, violon
  • François Miquel, clarinette

En 1917, Igor Stravinski est en Suisse, il a choisi de quitter la Russie à l’heure des troubles de la Révolution. On lui présente l’auteur helvète Charles-Ferdinand Ramuz, avec lequel il va imaginer l’adaptation d’un conte russe, en forme de « mimodrame », c’est à dire de pièce mimée avec quelques musiciens. L’oeuvre prend la forme d’un conte populaire, avec un langage en apparence accessible à tous, mais d’une certaine complexité musicale. L’Histoire du soldat est née. L’oeuvre a été créée en 1918. Puis le compositeur a réalisé la première suite pour la formation de trio (violon, clarinette, piano) en 1919. Si le récit ne parle pas directement de la grande guerre, le cynisme de l’auteur nous dicte clairement contre l’absurdité de la guerre à travers le personnage du « soldat ».

Un livre est rarement l’objet d’un culte tel que l’a été le Silence de la mer, nouvelle écrite par Vercors en 1941 puis éditée clandestinement en 1942. La dédicace à Saint-Pol-Roux souligne le sens du récit. Le poète, ami de Jean Moulin et de Max Jacob, était mort en décembre 1940 à l’hôpital de Brest, six mois après qu’un soldat allemand ivre eut forcé la porte de son manoir, tué sa servante et violé sa fille, Divine (le viol fut réfuté par la suite). L’hommage est explicite : les autorités qui ont pu couvrir un tel crime ne sauraient être suivies lorsqu’elles proposent de collaborer avec elles. Henri Tomasi écrit un drame lyrique pour baryton et orchestre de chambre en 1959 à l’époque où le traumatisme de la dernière grande guerre était encore omniprésent en France. La version présentée dans ce programme est une transcription réalisée par Takénori Némoto à qui la famille Tomasi a donné l’autorisation de transcrire toute l’œuvre d’Henri Tomasi.

AIzaSyCM-eEqiSycbQFzPHgK9FBtV9lm5Gs4Rfc