L’ÉDITO DE TAKENORI NEMOTO

Thème 2021 / [Re]naissance

« Personne ne sait encore si tout ne vit que pour mourir ou ne meurt que pour renaître. (Marguerite Yourcenar) »

Le spectacle vivant est-il en train d’agoniser à cause de la pandémie mondiale qui frappe notre planète depuis un an et demi ? Cette euphorie autour de la réouverture des lieux culturels, qui nous donne l’impression de retrouver le monde d’avant symbolise-t-elle réellement le retour à la normale, mettant fin à la « diffusion alternative » dont nous commençons à nous en lasser ? J’aimerais y croire. Toutefois l’avenir semble plus incertain que jamais pour la culture et nous, les artistes, sommes parfois montrés du doigt comme si nous étions les dernières des préoccupations publiques, par une partie de nos concitoyens pour qui la culture est un élément superflu en ces temps troublés.

Mets suprêmes qui nourrissent notre savoir, notre bien-être et notre esprit, la culture est à toute évidence « essentielle » en ces temps de crise sanitaire pour ne pas céder à certaines idées nocives comme la théorie du complot qui touche aujourd’hui toutes les catégories socio-culturelles confondues. Pourtant à travers le monde, nous constatons depuis le début de la crise que la culture est trop souvent considérée comme non-essentielle dans cette lutte contre la pandémie qui ronge notre civilisation de l’intérieur. Mais comment pourrions-nous lutter contre le conspirationnisme, contre la solitude du confinement, ou contre l’arrêt forcé de l’enseignement, si nous ne pouvions plus accéder à la culture pour continuer à apprendre, à partager, et à s’élever ?

Nous avons maintenu, contre vents et marrées, la quasi-totalité de nos concerts et productions dont certains ont eu lieu hélas sans public, pour que la culture continue à vivre, pour que les artistes puissent se projeter vers l’avenir, et pour que les mélomanes n’oublient pas que le spectacle est avant tout « vivant ». Bien-sûr, nous avons douté, nous nous sommes inquiétés, et nous avons failli baisser les bras, mais notre optimisme et notre envie de voir le spectacle vivant renaître de ses cendres nous ont donné le courage pour tenir bon jusque-là.

D’après les études publiées par l’Université de Chicago, une graine de Nelumbo nucifera (Lotus sacré) serait capable de germer après plusieurs centaines d’années de sommeil profond, telle la Belle au bois dormant réveillée par un baiser brûlant de son prince charmant. Cette image symbolise à elle seule l’éternel recommencement, le cycle de la vie que nous observons depuis toujours à travers les saisons qui rythment notre quotidien, et elle nous donne ainsi de l’espoir pour l’avenir.

Alors pouvons-nous espérer retrouver un meilleur « monde d’après » où l’homme continuera à vivre paisiblement en harmonie avec la terre ? Ou bien, notre civilisation est-il justement en train de toucher à sa fin pour que la terre, mal traitée depuis des siècles par l’homme, se regénère ?

Mais j’aimerai croire, même si la culture a été gravement touchée par la pandémie qui n’est pas prête à s’éteindre, que nous sommes des graines de lotus sacré qui vont renaître de cette terre boueuse après plusieurs mois de sommeil forcé, avec une énergie inégalée, afin d’offrir au monde les fleurs d’une blancheur immaculée qui illumineront l’esprit des mortels que nous sommes

Takénori Némoto
Directeur artistique