L’ÉDITO DE TAKENORI NEMOTO

Thème 2022 / Métamorphoses

« L’art meurt-il jamais ? Il se métamorphose, il s’adapte aux circonstances. (Romain Rolland) »

« Adieu », soupire Narcisse, désespéré et affaibli, avant de s’éteindre et de se transformer en petites fleurs blanches, belles, mais privées de parole et prisonnières de leurs racines. « Hélas ! » répétait-il, inconscient d’être piégé dans ce cercle infernal qui le menait inévitablement à sa perte. Espérait-il trouver de l’aide en nymphe Écho subjuguée par sa beauté ? La voyait-il seulement ? « Hélas ! », elle restait impuissante face à ce bel éphèbe épris de sa propre image, pris au piège malgré lui, et ne pouvait répéter que ce qu’il disait. « Hélas ! » répétait Narcisse en fixant son reflet sur l’eau sans pouvoir l’atteindre. « Hélas ! » répétait Écho en fixant son idole sans pouvoir le secourir…

« Hélas ! » crie l’homme devant la guerre d’invasion qu’il croyait lointaine, « Hélas ! » crie l’homme face à l’impuissance de la démocratie piétinée par une dictature qu’il a laissé accroître, « Hélas ! » crie l’homme envahi par la peur d’une menace nucléaire dont il est inventeur, « Hélas ! » crie l’homme devant la nature qu’il a saccagée lui-même, qui dévaste à son tour absolument tout sur son passage, « Hélas ! » crie l’homme perdu dans une société divisée, en pleine pandémie provoquée par l’extension de son habitat vers le monde sauvage… L’homme était-il épris de sa propre image d’un être supérieur, agrémentée d’une haute estime de soi ? L’homme était-il pris au piège dans son amour pour soi, le rendant incapable de lever la tête pour affronter l’atrocité d’un monde réel ? Sans jamais réagir, préfère-t-il se transformer en un être muet et immobile ? Est-il conscient du fait qu’il sera responsable non seulement de la disparition de sa propre civilisation mais aussi et surtout, de l’anéantissement de la planète qui lui a pourtant donné vie ?

Nous avons tous souhaité que le monde d’après soit meilleur. Nous avons tous espéré que la pandémie nous serve de leçon afin que nous allions construire une société d’entraide, d’ouverture, de solidarité et d’altruisme. « Hélas ! » à peine la lueur de la fin de la pandémie apparaît au loin, nous avons fait un bond en arrière pour y retrouver un monde rempli de haine, d’égocentrisme, d’orgueil, et de jalousie. L’homme narcissique doit-il bientôt prononcer son dernier « Adieu » ?

Face à une guerre d’invasion, à un peuple en péril, mais aussi à une nature dévastée et à une société fractionnée, nous, les artistes, nous demandons avec un sentiment d’impuissance, quels rôles nous pouvons y jouer et quels devoirs nous pouvons y accomplir. Sommes-nous cette nymphe Écho qui ne peut que se lamenter devant Narcisse agonisant, ou saurons-nous l’alerter à temps et l’aider à agir pour qu’il sorte de ce cercle infernal ? Et… l’art survivra-t-il à cette épreuve de barbarie et de cruauté ?

Takénori NEMOTO
Directeur artistique